Replay it again – RePiT

Le reenactment révèle un singulier agencement des temporalités. Participant de l’économie culturelle et de la circulation des connaissances, cette actualisation du passé par le corps en action interroge les régimes d’historicité et de temporalité dans des cadres visant autant à constituer des preuves, diffuser des savoirs, mener des investigations scientifiques que valoriser des œuvres d’art. Ces expériences physiques, émotionnelles, affectives et itératives participent ainsi de la constitution des mémoires, de leur transmission comme du travail historien. Tributaire de l’action qu’il entend reproduire, le reenactment interroge l’événement et le moment de sa perception. À partir d’un état de l’art de l’abondante littérature sur le reenactment et d’un intérêt spécifique pour certaines formes extra-européennes, jusqu’à présent peu considérées, il s’agira de mener un projet croisant différentes disciplines scientifiques et pratiques artistiques, recherche et formation. Le projet se déploiera ainsi sur deux fronts indissociables et congruents : l’un théorique, mené par une équipe pluridisciplinaire croisant les sciences humaines et sociales avec les sciences formelles ou expérimentales ; l’autre empirique, impliquant artistes et curateurs. Cette recherche entend donc explorer les incidences des usages du reenactment sur l’écriture et la transmission de l’événement, à partir d’études de cas et de réalisations élaborées par des chercheurs, des artistes et des étudiants. Au cœur de ce pôle fédérant spécialistes de l’anthropologie de la performance et des études des représentations, la théâtralité sera mobilisée comme outil épistémologique commun.

Ce carnet de recherches suit l’évolution des trois axes du projet :
— 1. Temporalités et régimes d’historicité. Mode d’engagement reposant sur la mise en concurrence et la coexistence des temps, le reenactment n’est-il pas doté d’un ou de plusieurs régime(s) d’historicité qui lui serai(en)t propres ?
— 2. Mémoire et événement. Quelles sont les incidences de la reprise d’actions au cœur du reenactment sur la construction de la mémoire et le surgissement de l’événement ?
— 3. Transmissions et expérience. Quelles peuvent être les conséquences des pratiques de valorisation du reenactment quant à la définition de l’expérience ?

Il tient lieu d’outil collaboratif et de restitution des bilans intermédiaires de la recherche transdisciplinaire engagée entre chercheurs en sciences humaines (histoire culturelles, performance studies, anthropologie, études cinématographiques), sciences expérimentales (biologie, psychologie expérimentale) ou sciences formelles (mathématiques stochastiques) et les artistes visuels ou de la scène participants au projet.

 

Prochain séminaire le 11 mars 2022 à midi (salle 528 – INHA),                             ouvert à tous et toutes sur inscription auprès de n.cau@parisnanterre.fr 

Remémorer : remettre en mémoire (rappeler ou raconter ?)                              

Denis Brouillet, PU Emérite, EPSYLON, Université Paul Valery Montpellier3

Pour la plupart des personnes, comme pour la grande majorité des modèles existants, la mémoire est la capacité à conserver les traces du passé et à les réactiver le moment venu. Cependant, il existe aujourd’hui suffisamment de données qui remettent en cause cette mémoire « bibliothèque » et qui militent pour une mémoire des processus mis en œuvre pour répondre aux exigences de la situation (d’hier et d’aujourd’hui). C’est en ce sens que l’on peut dire que nos souvenirs sont énactés. Mais plus encore, le sentiment de passéité, consubstantiel aux souvenirs, n’est autre qu’une inférence faite à partir de la perception phénoménologique qui accompagne, ici et maintenant, le processus de re-mémoration.  Cette conception de la mémoire sera illustrée par les travaux expérimentaux que nous avons réalisés ces dernières années.

 

Bibliographie

Versace, R., Brouillet, D., Vallet, G. (2018). Cognition Incarnée : une cognition située et projetée. Mardaga, Bruxelles.

Brouillet, D. (2019). Agir pour connaître. Presses Universitaires de Grenoble.

Brouillet, D. (2020). Enactive memory. Frontiers in psychology, 111-114.

Brouillet, D. (2021). Comment se fait-il qu’une pensée qui émerge ici et maintenant soit attribuée au passé ? In, R. Versace (Ed.), Mémoire et cognition incarnée : comment le sens du monde se construit-il dans nos interactions avec l’environnement. Intellectica, 74, 211-228.

 21 janvier 2022 à midi (salle 528- INHA)

Les Musées, repeat
Annette Becker Pr. Histoire contemporaine, Equipe Labex RePIT, Paris-Nanterre
Octave Debary, Pr anthropologie, directeur du Centre d’anthropologie Culturelle
(CANHTEL, SHS Sorbonne), Université de Paris
Francisco Ramos, Pr Psychologie, Université de Rio, UNIRO, Brésil
 
On abordera les manières dont des dispositifs artistiques ou textuels traitent de la question des violences dans l’histoire et de leur transmission, y compris dans les musées d’histoire et les expositions : des violences urbaines racontées par les sciences sociales, objets du dernier ouvrage (à paraître Johanna Gondar Hildebrand & Francisco Ramos de Farias Memória e resistência Nos interstícios do poder. Rio, 2022), à celles du XXème siècle mises en scène par l’art contemporain (Octave Debary, Après, conversation avec Christian Boltanski, à paraître 2022). Répétitions, reprises, mises en scène, mises en texte. (Annette Becker, L’immontrable, guerres et violences extrêmes dans l’art et la littérature,
Créaphis, oct. 2021.)
 

Ce séminaire aura lieu en format hybride à l’INHA (salle 528) et sur le lien suivant :

Séminaire RePiT
Vendredi, 21 janvier · 12:00 à 2:30pm

 

Bibliographie
 
Becker, Annette. L’Immontrable. Guerres et violences extrêmes dans l’art et la littérature. Créaphis, 2021, 448p., 13€
 

Debary, Octave. De la poubelle au musée. Une anthropologie des restes. Préface de Philippe Descola. Créaphis, 2019, 174 p., 12 €

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search