Archives

Derrida, Jacques, Paris : Galilée ; impr. 2008 ; [Nouvelle édition]

“Conférence prononcée le 5 juin 1994 à Londres lors d’un colloque international intitulé :  Memory : The Question of Archives. Le texte est daté du 22-28 mai 1994.”

Résumé :

“Derrida et Foucault ont fourni des clefs pour comprendre les archives. Ils voient les archives comme hégémoniques, caractéristiques des façons de penser, des modes de colonisation et de contrôle des citoyens. Cependant ils montrent aussi clairement que les archives peuvent être lues de façon subversive. Avec de la patience, une contre-lecture permet la mise au jour des voix (quelque fois des noms) des subalternes et autres exclus des archives. En lisant le long et contre le grain, les chercheurs peuvent suivre le développement des idées et leurs évolutions au travers des périodes historiques. Les archives peuvent être vues comme orphelines, contenant des substituts de performances. Les archives (papier et digitales) permettent aussi l’accès aux résultats des recherches anthropologiques selon les prescriptions des codes éthiques, mais la mise au point de ces codes peut être sujet à controverse. Quelles sortes de consentement et quelles sortes d’anonymisation peuvent être proposées ? Les archives gérées par les groupes traditionnellement étudiés par les anthropologues produisent un modèle d’archives radicales qui sont très différentes des archives conçues par les archivistes traditionnels.”

Derrida, Jacques, Paris : INA Editions, 2014

Présentation de l’éditeur :

“Dans la séance du Collège iconique du 25 juin 2002, Jacques Derrida, confronté à sa propre représentation dans le film de Safaa Fathy D’ailleurs Derrida, se prête au dialogue philosophique, un dialogue sur l’image et sur l’art qui soumet sans violence la parole à l’image, sur la trace et l’archive, cette pulsion irrésistible pour interpréter les traces, pour leur donner du sens, pour organiser la survie relative, le plus longtemps possible, dans des conditions politiques ou juridiques données, de certaines traces choisies à dessein.

Les deux textes qui suivent, transcription d’une séance du Collège organisée en hommage à Jacques Derrida le 12 juillet 2005, laissent la parole à Daniel Bougnoux et à Bernard Stiegler qui nous invitent à partager les apports fondamentaux de la pensée de Jacques Derrida autour de l’image, de la mémoire et du regard.”

Farge, Arlette, Paris : Éditions du Seuil ; DL 1997 ; “Points. Histoire” ; n°233

Ouvrage majeur pour qui s’intéresse aux archives, Arlette Farge interroge le rapport de l’historienne à son matériau (les archives judiciaires) pour définir non seulement le lien qui l’unit à son métier mais également sa discipline et la “dramaturgie du réel” qu’elle interroge et tente de garder à distance pour interroger les manques mieux que les évidences imposées par les documents.

“Quels rapports les historiens entretiennent-ils avec les archives ? Si chaque historien développe des pratiques singulières, on peut néanmoins dessiner une histoire sociale de cette relation du chercheur avec ces objets qu’il manipule, qui ne sont pas seulement la documentation de son travail. L’article retrace l’histoire très contemporaine de cette confrontation.”

“Dans les univers domestiques, les « objets-souvenir » rapportés de voyages, au même titre que les trophées sportifs ou les photographies, représentent autant de traces matérielles des actions accomplies et des expériences passées. Examinant les rapports qu’un groupe déraciné entretient avec ses objets affectifs, cet article se donne pour objectif de montrer que la perte (temporaire ou définitive) de certains biens n’entrave toutefois pas nécessairement leur appropriation mnésique. Le fait de ne pas posséder en propre un objet ne constitue pas un obstacle rédhibitoire à l’efficace de sa portée symbolique. L’absence peut non seulement donner lieu à des pratiques mémorielles fécondes mais elle admet parfois également des effets sur le halo de souvenirs comme sur la valeur de l’artefact lui-même.”

Résumé :

“La révolution numérique en cours est aussi importante que celle qui a conduit, au milieu du xiie siècle (bien avant l’invention de l’imprimerie donc), à l’avènement de la culture livresque à travers l’apprentissage des technologies alphabétiques. Elle impacte avec force une profession (celle des archivistes) basée depuis le Moyen Âge sur la consignation d’écrits certifiés dont on mesurait la fiabilité et l’authenticité, en passant d’un mode de production stabilisé et durable à des traces numériques volatiles et recomposées sans relâche sur internet. Cet article analyse les réponses apportées à ce redoutable défi, en en mesurant les limites et en évoquant les principaux enjeux actuels.”

“Revisiting assumptions about the relationship between history and performance complicates the very distinction between an authoritative, archived notion of the past and its performative reiteration via live bodies. As I will suggest through my reading of two scenes from 1 Henry VI, disruptions to the binary dis- tinction between history and performance precede any individual stage production or imagined audience. They are embedded in the history play itself, a form that exposes the cooperation of archival and performative evidence to construct the past in the dramatic present.”

Dans cet ouvrage, Diana Taylor propose de considérer l’incarnation comme une modalité de transmission, par la performance, de la mémoire culturelle. C’est à cet ensemble de gestes, d’attitudes, de modalités de mise en représentation collective qu’elle attribue la qualité de “répertoire”, l’archive, institutionnelle et fixe, constituant alors l’autre versant de la transmission culturelle.

Résumé de l’auteur :

“States of trance and spirit possession have inspired the modernist imagination perhaps more than anything else, as they typically exceed the limits of visual representation. This article investigates different approaches to coping with these challenges, focusing on the works of a group of Italian documentary filmmakers, including Luigi di Gianni, Cecilia Mangini, and Gianfranco Mingozzi, who used a novel set of audiovisual techniques to explore ecstatic religious expressions in southern Italy in the postwar years. I look into the processes through which trance and possession rituals (e.g. Apulian tarantism) themselves have inspired and initiated innovations in audiovisual documentation by means of combining—or blurring the boundaries between—ethnographic and experimental modes of cinematic practice. Through highly stylized image/sound compositions including high-contrast lighting, wood-cut like silhouettes, montage, abstract sound effects and poetic, partly fictionalized commentary, as well as by consciously making use of re-enactments and staged encounters, these films contest both the realist-observational narrative and the focus on individuals otherwise prevalent in ethnographic filmmaking. “

Feldman, Allen. “Memory Theatres, Virtual Witnessing, and the Trauma-Aesthetic.” Biography, vol. 27, no. 1, 2004, pp. 163–202. JSTOR, www.jstor.org/stable/23540434.

“To enclave the human rights violation story at a primordial scene of violence is already to preselect the restorative powers of legal, medical, media, and textual rationalities as post-violent. Where violence is and is not positioned in the narrative of witness and the witnessing of narrative is the concern of this essay. I pose this question: Does the cultural intelligibility of the biographical and witnessing artifact depend on the violence of the signifier—by which I mean repressive authentication by various expert knowledge practices, truth-claiming procedures, and mass media circuits? And if so, how do we witness this particular violence?”

“To all appearances, the Wooster Group’s Hamlet evades the burden of critical interpretation by reconstructing John Gielgud’s 1964 memorial production starring film celebrity, Richard Burton, as mediated through Bill Colleran’s filmic record of it. Upon closer inspection, though, director Elizabeth LeCompte stages the dynamic between the archive and the repertoire to foreground the problematic performance of compulsive mourning, an issue exacerbated by the digital media relied on in the 1964 production’s intermedial reconstruction.”
“My forthcoming book, Flexible Knowledges: Histories under Globalization, is about reenactments, a term I use inclusively to examine the currently experi- mental historiographies of African transnational radio oralities, global action- adventure television, living-history sites, heritage Web sites, “time traveling” documentary television, and museum installations in order to think about changes in the materialities that “write” histories of technologies under globalization.”
Archives– Body Art-Brèche- Champ d’expérience- Commémoration- Dark Tourism– Documentaire- Evénement- Expérience- Forensic Architecture– Horizon d’attente- Living History- Mémoire collective- Monument- Patrimoine-Performance- Post-mémoire- Présence- Présentisme– Régimes d’historicité- Répertoire- Séance- Témoignage- Temporalité- Théâtralité- Verbatim- Vraisemblance
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search